Poursuivons notre aperçu des différents cadres administratifs qui existent pour faire appel à un auxiliaire de vie. Après les services prestataires présentés il y a quelques jours, place aux services mandataires.

Services mandataires

Principe : La personne dépendante fait appel à un service pour l’aider à recruter et/ou réaliser les démarches administratives, cependant c’est elle qui reste employeur de l’auxiliaire de vie. Le contrat est au nom de l’employeur, un autre contrat lie en principe le service mandataire et la personne dépendante.

Avantages : Le choix d’un service mandataire permet de ne pas être seul dans l’aventure que représente le recrutement d’un auxiliaire de vie. Il est en effet compliqué de tout réaliser sans commettre d’erreur ou se mettre soi-même en difficulté lorsqu’il faut réaliser le recrutement, maîtriser le droit du travail, établir le salaire… La charge administrative est ainsi allégée.
En restant employeur, la personne aidée garde une liberté dans son organisation : c’est elle qui gère les horaires et plannings, elle a aussi le dernier mot quant au recrutement du salarié.
Pour le salarié, cela peut aussi être plus rassurant et gage de confiance de passer par un intermédiaire, une structure, au lieu d’être immédiatement reçu au domicile d’un employeur inconnu. Enfin, certains services mandataires proposent des solutions de flexibilité (non garanties) : remplacements en cas d’urgence, possibilité de cumuler plusieurs contrats auprès de plusieurs employeurs du service pour le salarié.

Inconvénients : L’apparente simplicité qui se dégage de ce fonctionnement a ses limites. Chaque mois, la personne dépendante doit des comptes et surtout de l’argent aux 2 parties : service mandataire et salarié. Les démarches administratives sont donc allégées mais pas nulles. Le fait d’être employeur engage aussi la responsabilité de la personne aidée, ce qui peut poser problème en cas de litige. Il peut aussi être difficile de garder l’équilibre et savoir « qui fait quoi » dans ce ménage à 3, discrétion et bon choix d’interlocuteur en cas de souci ne sont pas forcément évidents.

Bilan : Vous l’aurez compris, se tourner vers un service mandataire c’est choisir « un bon compromis » qui permet de garder une certaine liberté, être accompagné, et ne pas passer sa vie à gérer les ressources humaines ! Attention tout de même à ne pas oublier sa part de responsabilité et de gestion, on ne pourra donc pas conseiller ce fonctionnement à tous les publics dépendants. Ce système de « médiateur de l’aide humaine » peut convenir à certains mais aussi complexifier les rôles de chacun. Enfin, sur l’aspect financier, le coût d’un service mandataire est très souvent moins élevé qu’un service prestataire.

Prochain volet : emploi direct (ou gré à gré)

Catégories : Aide humaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.